Powered by SeaBlog

Plus de deux semaines sans nouvelles

Aie Aie Aie. On vous avait promis des mises à jours régulières; maintenant il faut que l’on se rattrape.

Depuis que nous avons lancé les travaux sur le bateau, nos journées furent bien remplies. Même le court séjour d’une semaine au pays ne fut pas de tout repos. Mais depuis notre arrivée au port du Crouesty (Arzon) aux portes du golfe du Morbihan, nous avons fait sortir le bateau. (Quelle idée de manœuvrer un fer à repasser de 20T par grand vent pour finir en travers dans le port. Heureusement les gens ici sont sympa et leur aide fut la bienvenue, en particulier ce jour là.)

Une fois à sec, nous commençâmes par le nettoyage des fonds. Sous le plancher, au travers de petites trappes d’accès, nous paraissions tels de fervent religieux; toute la journée à genoux.

Parallèlement à cela, il nous fallu prendre contact avec les artisans du coin pour les menus travaux au delà de nos compétences. Ainsi furent contactés selon de bonnes recommandation, le gréeur, le maître voilier, le chantier spécialiste en composite, le soudeur et l’électricien. Faites la queue s’il-vous-plait ! A cette saison, dans les rues, pas grand monde; c’est la basse (voire morte) saison. Personne. Au moins l’on est tranquille. Mais pour l’industrie du nautisme c’est la pleine saison. En effet, tout le monde veut avoir son bateau prêt pour les beaux jours.  Ainsi, sous les fenêtres de notre voilier sur terre plein, nous voyons défiler plein de monde. Tout un tas d’artisan venu peindre la coque d’un tel. Changer le mât d’un autre. L’on ne lève plus la tête voyant passer un mât au travers des fenêtre tellement les allers-retours de bateaux sont fréquents. Ou en étais-je ? Ha oui, nos artisans qui font la queue. C'est qu'il faut les réserver à l’avance. Faire faire des devis. Est-ce que ça joue avec notre budget ? Va savoir s’il nous ont pas fait le prix suisse…

Mais souvent l'on tombe sur des personnes bien aidantes qui nous donnent de bons (d'excellents) conseils. C'est radio ponton.

Et il ne faut pas se leurrer, nous sommes à l'école. On se lève tous les matins pour aller sur les bancs et apprendre. Même si nous savions la plupart des choses de comment qu'elles fonctionnes, il y a tellement à connaître déjà rien que sur notre bateau, qui n'a pas de notice d’utilisation, que chaque jour est une découverte.

Comment deviner qu'un panneau solaire est efficient à 90° d'inclinaison sous condition d'être dans la bonne plage de température ? Que le répartiteur de batterie nous pompe 15% des ampères produites pour les batteries ? Que le détendeur du gaz doit être changé tout les 5 ans ? Que la chaîne de mouillage doit être de 12mm et pas de 10mm ?

Bon, ok, au bout d'un moment on tombe dans le sketch des inconnus "Les langages hermétiques"; cela nous est arrivé.




Laisser un commentaire

Dicton marin
Homme libre, toujours tu chériras la mer.
Newsletter